Avec les feuilles mortes qui accompagnent l’automne, ce numéro marque la fin de 2019. Pris dans l’actualité de la mondialisation, il est construit autour d’un dossier consacré à la Chine, réalisé avec l’École urbaine de Lyon. Il sortira quelques jours après le 50e anniversaire de la proclamation de la République populaire de Chine, le 1er octobre 2019. L’ampleur du sujet nous a conduit à en faire un numéro double, fait assez exceptionnel puisqu’en 6 ans d’existence, il n’y en a eu qu’un seul avant celui-ci. Parler de la Chine n’est pas simple. Le pays nous fascine par sa longue histoire, sa culture et son dynamisme et nous inquiète par sa taille : second pays du monde en surface, premier en nombre d’habitants – presque 1/5 de la population mondiale – et qui économiquement et scientifiquement talonne aujourd’hui les États-Unis. Un numéro précédent avait déjà consacré un dossier aux réseaux que la Chine tend à travers le monde pour assurer son développement commercial et l’acheminement de ses approvisionnements (n° 23, septembre 2018, « Les nouvelles routes de la soie »). Celui-ci, coordonné par Michel Lussault et Jérémy Cheval, tente, en variant les points de vue et les exemples de villes, de rentrer dans l’intérieur du pays. Pour le reste, vous retrouverez vos rubriques habituelles : un entretien avec René Schoonbrodt, sociologue bruxellois, et des éditos qui ouvrent largement la revue à de nouveaux contributeurs.

2Comme on pouvait s’y attendre, à peine sortis des élections européennes, nous voilà plongés dans la préparation des municipales. Les maires des grandes villes se dépêchent de finir les travaux qui, aujourd’hui, exaspèrent les habitants mais dont on espère qu’à l’heure du bilan, les embouteillages et les gênes oubliés, ils récolteront des voix.

À Paris, les chantiers de la ville auxquels s’ajoutent ceux du métro ont connu un douloureux ajout avec l’incendie de Notre-Dame dont les images stupéfiantes ont suscité un élan de solidarité dépassant largement nos frontières, suivi d’un débat sur les moyens de la reconstruction qui n’est pas clos et auquel nous consacrons sur notre site, plus réactif que la revue papier, la place qu’il mérite. Mais pendant que l’on compare les avantages du tout bois ou du tout acier, le jeu des candidatures et des alliances s’est engagé. Sortant renforcés des européennes, les verts font déjà figure d’arbitres, ce qui conduit dans la capitale à des arbitrages dont quelques éditos rendent compte.

À Versailles, est-ce une coïncidence, la Région Île-de-France organise la première Biennale d’architecture et de paysage d’Île-de-France, vantant les mérites des nouvelles approches et magnifiant le vert dans la ville.

L’observation de ces mouvements discrets nous a conduit à retenir pour le premier numéro de 2020 « Les municipalités » comme thème du dossier (n° 29). On sait qu’avec 34 968 communes (chiffres du 1er mars 2019), la France reste encore le record du monde du découpage municipal et que les maires constituent les élus les mieux connus et les plus appréciés des Français. Raison de plus pour interroger une institution aujourd’hui confrontée à différents défis : continuer d’exister tout en s’inscrivant dans des intercommunalités qui correspondent davantage à l’échelle des questions qui se posent, qu’il s’agisse des transports, de la qualité de l’air ou de la survie des commerces. L’important étant pour les villes de conserver une capacité de décision face aux grands projets clés en main proposés par les grands groupes rassemblant financiers et BTP alors que les ressources municipales déclinent fréquemment…

Le second numéro (n° 30) portera sur « L’Amérique andine », vaste continuité de pays unis par la langue, l’histoire et la montagne, mais qui décrivent aussi une variété géographique, climatique, politique et culturelle qui, vue d’ici, nous échappe et dont nous essaierons de rendre compte avec la contribution de nombreux amis dans les différents pays.

Le suivant (n° 31) sera élaboré avec l’École urbaine de Lyon autour d’un thème commun que nous arrêterons à l’automne, et le dernier numéro (n° 31) viendra terminer l’année.

Voici, cher lecteur, un avant-goût de ce qui vous attend en même temps qu’une invitation à renouveler votre abonnement (et à faire abonner vos amis) pour engager notre huitième année. Sans oublier notre site tousurbains.fr qui s’efforcera de vous tenir informés de nos réflexions et de nos débats avec une fréquence plus élevée que l’édition papier. Stéphane Cordobes qui en avait été l’artisan vogue aujourd’hui vers d’autres occupations mais nos colonnes lui restent ouvertes. Ce départ coïncide avec l’arrivée d’une secrétaire de rédaction : Ky-Anne Dalix qui désormais épaule notre équipe et reprend avec Olivier Boesch la gestion du site.

Ainsi, la rentrée promet d’être riche. Saluant la sortie de ce numéro double, nous prévoyons d’organiser quelques débats, à Lyon et à Paris, dont vous trouverez les dates et les modalités sur… tousurbains.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close